2015-10-12 JED VORAS 28_lightroomed

Vincent Abadie Hafez – Zepha


Vincent Abadie Hafez, ZEPHA


About :

Quand on regarde le travail de Vincent Abadie Hafez, la première chose qui nous frappe réside dans notre incapacité à saisir ce qui fait l’harmonie mystérieuse de ses lignes, traces de gestes que l’on imagine souples et fluides.

Loin d’un expressionisme violent à la Pollock ou de l’exubérance d’un Mathieu, Vincent Abadie Hafez danse sur une mélodie qui nous échappe (car il y a bien un rythme en toile de fond) plutôt qu’il ne se confronte à la surface du tableau. Pas d’agressivité donc dans l’énergie que déploie cet artiste et c’est peut-être en ceci qu’il dépasse et réactualise sa première pratique de la peinture qu’était le graffiti, auquel nous préfèrerons le terme originel, mais aussi plus approprié de « writing ».

On comprendra cette évolution picturale en regardant une série de peintures dans l’espace public, où l’artiste redouble et réactive des traces d’effacement de tags au karcher : prenant acte de l’effacement par les services de nettoyage, il joue avec les formes créées par « l­­’adversaire », les accompagne et transforme finalement le duel en duo. Par là il renouvelle le sens qu’on peut donner au mot « battle », ici opposant un art moderne de l’écriture aux agents de sa disparition.

Capture d’écran 2015-12-19 à 03.38.00

Sans doute cette série marque-t-elle un tournant dans sa pratique : alors que ses graffitis consistaient plutôt en « coups d’éclats », sortes d’actions « coups de poings », l’exécution de ses peintures semble aujourd’hui plus proche d’une danse et serait à comparer à l’aïkido plus qu’à la boxe thaï ou au karaté, si l’on voulait filer la métaphore du combat.

Cette lutte nouvelle, on pourrait dire qu’elle s’exerce non plus contre mais avec. Les deux protagonistes étant désormais la ligne et l’espace de la toile. Chaque trait tracé, chaque geste ou mouvement pourrait s’apparenter à un nouveau « coup », au sens des échecs cette fois, le jeu consistant à tenir l’équilibre de lignes en lignes, coups après coups, le but du jeu étant l’harmonie inexplicable et inexpliquée qui se dégage de ses écritures intriquées : justesse des espaces et des proportions, harmonies des formes et de la composition, toutes choses que chacun pourra apprécier sans pouvoir les saisir ensemble et d’un seul regard, initié ou non.

Quand on pense à une certaine théorie de la convenance, dans laquelle sont distribués un centre et une périphérie, on se demande si au fond, le travail de Vincent Abadie Hafez ne consisterait pas en un renversement des valeurs habituelles : de la périphérie faire le centre, de la ligne faire le point (celui-ci étant pensé comme le point de départ, d’origine de toute peinture), sorte de négatif de la hiérarchie communément admise, aboutissant à une annulation de cette même hiérarchie : partout le centre, nul part la périphérie, hypothèse d’un point foisonnant, sécable et hébergeant la multitude.

On pourra s’en faire la remarque, Vincent Abadie Hafez noircit rarement la toile de ses calligraphies comme on noircirait un carnet de croquis ( point de croquis préparatoire ici car dans le jeu l’issue est toujours incertaine ). Au contraire, ses lignes rythmées et cadencées illuminent des surfaces aux tons généralement sombres et c’est peut-être sous cet éclairage que l’on pourra comprendre le titre d’une de ses œuvres récentes, un point de couleur claire composé de calligraphies : « Here comes the sun ».

Pas de craintes à avoir cependant à parcourir des yeux les chemins inextricables sur lesquels nous conduit Vincent Abadie Hafez, les rétines resteront intactes et les pupilles n’en seront que plus ouvertes.

– Zerekoner

 

 

Video by Zsolt Boros

 

 

 

2015-10-12 JED VORAS 03_lightroomed
OW, techniques mixtes, 126x103x5 cm, 2015.

 

2015-10-12 JED VORAS 11_lightroomed
UK, techniques mixtes, 176x112x5 cm, 2015


 

 

2015-10-12 JED VORAS 13_lightroomed

 

 

 

 

 

2015-10-12 JED VORAS 12_lightroomed

 

 

 

 

 

 


More :

Biographie

L’agenda urbain

http://urbanart-paris.fr/agenda/zepha-exposition-kunstwollen-galerie-jed-voras/

Zepha